La fibromyalgie est une maladie encore mal connue et mal comprise  et, pourtant,  elle touche  environ 1 à 3% de la population des pays industrialisés. Environ 80 % des personnes atteintes sont des femmes. La maladie apparaît souvent vers 30 ans à 60 ans. Quelques rares cas de fibromyalgie ont toutefois été décrits chez des enfants, sans que l’on soit certain qu’il s’agisse de la même maladie.

Cette maladie  se caractérise par  des douleurs diffuses  et chroniques dans tout le corps, souvent associées à une grande fatigue et à des troubles du sommeil. Les personnes atteintes de fibromyalgie se plaignent d'avoir mal partout tout au long de la journée.

La douleur est diffuse : Elle est présente du côté droit et gauche du corps et siège au dessus et en dessous de la taille, et elle survient essentiellement au niveau du cou, des épaules, des bras, du dos, du bassin et des genoux.

Les douleurs sont de type : Sourdes et/ou violentes, ressemblant à des brûlures ou des piqûres, des fourmillements ou engourdissements musculaire. Ces douleurs persistent pendant de nombreux mois.

La fibromyalgie n’est pas une maladie grave, au sens où elle n’entraîne pas de complications de santé majeures. Elle n’en est pas moins une maladie pénible et invalidante pour les personnes qui en souffrent. Les douleurs sont chroniques et souvent résistantes aux différents traitements, qu’ils soient médicaux, physiques ou psychologiques. L’intensité de la douleur et de la fatigue limite les activités quotidiennes, et peut parfois avoir des répercussions sur l’activité professionnelle. Cependant, le fait de maintenir son activité professionnelle est bénéfique sur le plan psychologique comme sur le plan physique. Des aménagements du temps de travail et du poste sont parfois nécessaires lorsque les douleurs sont très importantes.

Bien que les douleurs soient réelles et très pénibles, les Médecins ne parviennent pas à détecter de lésion ni d’inflammation permettant d’expliquer ces symptômes. Pour cette raison, la fibromyalgie a suscité certaines polémiques dans le milieu scientifique, à tel point que des Médecins ne croyaient pas à son existence. Aujourd'hui, il semble que certains facteurs physiologiques (anomalies du système nerveux, perturbations hormonales, etc), et génétiques soient en cause. Des événements extérieurs (traumatismes, infection), pourraient aussi être impliqués. Les causes exactes demeurent toutefois incertaines.

Diagnostic : Ses nombreux symptômes et sa ressemblance ou sa cohabitation avec d'autres maladies ou syndromes (syndrome de fatigue chronique, syndrome de l’intestin irritable, migraine, etc.), compliquent le diagnostic de fibromyalgie.

Partout dans le monde, le diagnostic de la fibromyalgie repose sur deux critères établis par "l'American College of Rheumatology", retenus et approuvés par un comité international : La présence d’une douleur diffuse pendant plus de 3 mois. La douleur doit être présente des deux côtés du corps (gauche-droite), en haut et en bas de la ceinture, ainsi qu’à la colonne vertébrale, avec  une sensation de douleur sur au moins 11 des 18 points caractéristiques de la maladie.

Le syndrome de fatigue chronique, caractérisé par une fatigue profonde et des douleurs articulaires et musculaires, ressemble beaucoup à la fibromyalgie et il n’est pas toujours facile de les différencier. La différence principale entre ces deux affections est le fait que la fatigue prédomine en cas de syndrome de fatigue chronique, et plutôt la douleur en cas de fibromyalgie.

Symptômes de fibromyalgie :

Des douleurs musculaires diffuses qui s'accompagnent de raideurs matinales, et de certains endroits précis du corps douloureux au toucher. Le cou et les épaules sont généralement les premiers endroits douloureux, suivis par le dos, le thorax, les bras et les jambes.

- Dans les situations extrêmes, un simple toucher ou même un effleurement cause des douleurs sur tout le corps (un phénomène nommé allodynie). La douleur peut s’accompagner de l’impression que les zones douloureuses sont gonflées.

- Une douleur constante, mais aggravée par les efforts, le froid, l’humidité, les émotions et le manque de sommeil.

- Un sommeil léger et non réparateur, causant une fatigue dès le réveil.

- Une fatigue persistante (toute la journée), présente dans 9 cas sur 10. Le repos ne permet pas de la faire disparaître.

Ces principaux symptômes peuvent s’ajouter des symptômes moins caractéristiques, mais tout aussi gênants :

- Des maux de tête ou de fortes migraines, possiblement causés par des tensions musculaires au cou et aux épaules, et par un dérèglement des voies naturelles de contrôle de la douleur.

- Un syndrome de l’intestin irritable : diarrhée, constipation et douleurs abdominales.

- Un état dépressif ou une anxiété (chez environ le tiers des personnes fibromyalgiques).

- Des difficultés de concentration.

- Une augmentation de l'acuité des sens, soit une sensibilité accrue aux odeurs, à la lumière, au bruit et aux changements de température (en plus de la sensibilité au toucher).

- Un engourdissement et des fourmillements aux mains et aux pieds.

- Des menstruations douloureuses et un syndrome prémenstruel marqué.

- Un syndrome de la vessie irritable (cystite interstitielle).

Causes de la fibromyalgie : Les causes du syndrome ne sont pas encore connues. Bien que la fibromyalgie engendre des douleurs musculaires chroniques, il n’y a aucune lésion visible dans les muscles pouvant expliquer les douleurs. Il s’agit d’une maladie où de nombreux facteurs sont probablement à l’origine des symptômes. Plusieurs hypothèses ont été avancées. Voici celles qui retiennent le plus l’attention des chercheurs.

Diminution du seuil de perception de la douleur : Les personnes atteintes de fibromyalgie ressentent davantage la douleur que les autres. En d’autres termes, leur système nerveux répond de façon anormale aux stimuli extérieurs : Une légère pression suffit à déclencher un message de "douleur", chez les personnes fibromyalgiques. Cette plus grande sensibilité à la douleur serait liée au dysfonctionnement de certaines zones du cerveau et à des anomalies de la transmission des messages nerveux.

Anomalies physiologiques du système nerveux : Plusieurs études ont montré une diminution des taux de neurotransmetteurs, comme le glutamate ou la sérotonine, chez les personnes atteintes de fibromyalgie. De même, des anomalies hormonales (concernant l’hypophyse et le thalamus, dans le cerveau), ont été décrites chez les personnes fibromyalgiques. Aucune de ces observations ne permet cependant à elle seule d’expliquer la maladie.

Facteurs génétiques : Il est désormais démontré que la fibromyalgie a également une composante génétique, plusieurs personnes étant atteintes dans certaines familles. Plusieurs gènes pourraient être impliqués dans le déclenchement de la fibromyalgie, mais les études effectuées dans ce domaine n’ont pas donné de résultats satisfaisants.

D’autres pistes explorées :

Facteurs biologiques : Un manque chronique de sommeil réparateur

Événements extérieurs : De nombreux agents infectieux ont été incriminés pour expliquer le déclenchement de la fibromyalgie, comme les virus de l’hépatite C ou B, par exemple, ou la bactérie en cause dans la maladie de Lyme. Environ 10 % des personnes atteintes de fibromyalgie déclarent avoir souffert d’une infection avant le début des symptômes.

Dans de nombreux cas, un traumatisme physique (accident), est impliqué dans le déclenchement de la fibromyalgie. Les accidents de voiture causant un "coup du lapin", c’est-à-dire un traumatisme des vertèbres cervicales, sont souvent montrés du doigt. Des traumatismes émotionnels peuvent aussi être en cause, mais ils ne concernent pas tous les cas de fibromyalgie. C’est le cas des sévices sexuels ou de la violence survenus tôt dans la vie, ainsi que de certains événements dramatiques (agression, attentat).

Traitement de la fibromyalgie : Parce qu'on connaît encore peu les mécanismes en cause dans la fibromyalgie, les traitements médicaux offerts aux Patients reposent davantage sur l'expérience clinique que sur le blocage des mécanismes en cause dans la douleur. Des traitements conçus pour soigner d'autres maladies, comme la dépression et l'épilepsie sont de plus en plus utilisés.

Cependant, les médicaments à eux seuls ne permettent pas d’améliorer suffisamment la qualité de vie des personnes atteintes de fibromyalgie.

L’Hypnothérapie comme modèle thérapeutique pour la prise en charge de la fibromyalgie : Parmi les traitements complémentaires, l'Hypnothérapie peut apporter un soulagement important au Patient. Cette approche, associant le travail sur le  corps et le mental permet d'apprendre à mieux vivre avec la maladie, malgré son impact. Cet aspect n'est pas à négliger puisque la manière d'envisager l'avenir aurait des conséquences directes sur la perception de la douleur et l'implication dans la stratégie thérapeutique. Les résultats obtenus sont les plus visibles en ce qui concerne la fatigue matinale, les douleurs musculaires et la qualité du sommeil.