ACOUPHENES.

Les acouphènes et l'hyperacousie : Entendez-vous des bruits sans pouvoir identifier leur source dans votre environnement ? Si oui, vous souffrez peut-être d'acouphènes. Ce problème semble concerner 10 à 17% de la population générale à travers le monde. En appliquant à notre pays les résultats d'une récente étude allemande, on estime à plus de 2 000 000 le nombre de porteurs d'acouphènes en France, à plus de 1 500 000 celui des acouphènes agressifs et à 300 000 celui des acouphènes insupportables. De plus, environ 200 000 nouveaux cas par an seraient à déplorer.

Qu'est-ce qu'un acouphène ? : L'acouphène correspond à des "bourdonnements" ou des "sifflements", entendus dans une ou deux oreilles ou bien dans la tête en l'absence de toute source sonore dans le milieu environnant.

On distingue deux formes, selon qu'il peut être ou non, entendu par d'autres personnes que celle qui en souffre. Si oui, on parle d'acouphène objectif. Il s'agit de cas très peu nombreux, dans lesquels les bruits résultent soit d'anomalies vasculaires soit de contractions anormales de muscles de la sphère O.R.L., soit de défauts structuraux de l'oreille interne. Dans le cas contraire, on parle d'acouphène subjectif dont l'origine peut se situer à n'importe quel niveau des voies auditives, depuis le conduit de l'oreille externe jusqu'au cerveau. Cependant, l'origine la plus fréquente est la cochlée (limaçon). L'acouphène peut survenir à n'importe quel âge, mais apparaît essentiellement dans la cinquantaine "l’âge moyen d’apparition est de 52 ans". 80% des Sujets souffrants d'acouphènes ont plus de 50 ans et 17% ont entre 30 et 50 ans. En effet, il accompagne souvent la perte auditive sur les hautes fréquences liée au vieillissement "presbyacousie", mais aussi la perte auditive liée à l'exposition au bruit d'origine professionnelle (tôleries, chaudronnerie, filatures, orchestres) ou durant les loisirs (chasse, tir, concerts et orchestres rock, baladeurs). L'usage abusif des baladeurs, et le non respect de la législation concernant les niveaux sonores dans les salles de spectacles (cinémas, salles de concerts, discothèques), sont à l'origine du développement d'un vieillissement précoce de l'audition. C'est ainsi que lors d'une étude récente réalisée sur un échantillon national d'élèves de classes de 5e, on a pu constater chez 49% des enfants testés, l'existence d'une perte auditive sur les aigus qui, jusque là ne s'observait qu'à la cinquantaine. Cet abaissement de l'âge des manifestations liées au vieillissement des cellules sensorielles de l'audition, se traduit actuellement par un rajeunissement de la population des personnes atteintes d'acouphènes.

Il s'agit d'un symptôme, et non d'une pathologie. De sources diverses, il peut être associé à différentes affections: manifestations allergiques, troubles de l'oreille externe, de l'oreille moyenne et/ou de l'oreille interne, syndrome de Ménière, neurinome de l'acoustique, traumatisme crânien, hypertension, troubles endocriniens, etc... Le démembrement et la classification de ses différentes formes, n'en est encore qu'à ses rudiments, et c'est probablement pourquoi il n'existe pas encore de traitement médicamenteux capable de supprimer l'acouphène.

L'acouphène n'est pas à proprement parler, une hallucination auditive. Il s'en distingue par le contenu rudimentaire des bruits entendus (sons purs ou bruits de bandes plus ou moins larges dépourvues de sens), et par le fait que le Patient est conscient qu'ils proviennent de son propre organisme. Il résulte de la production d'un signal nerveux anormal à un quelconque niveau des voies auditives lequel, après traitement par ces dernières, est interprété comme un bruit lorsqu'il atteint le cortex auditif. Ce signal anormal, n'est généralement lié qu'à l'existence de dysfonctionnements mineurs des cellules sensorielles. Cependant, leur existence ne suffit pas pour que l'acouphène soit entendu. Il ne peut atteindre la conscience que sous certaines conditions, (probablement un déséquilibre du système nerveux végétatif-système), contrôlant nos fonctions automatiques (respiration, rythme cardiaque, pression artérielle, motricité digestive, sudation), entraînées par le stress, la fatigue, la maladie. Une fois perçu par le Patient, l'acouphène peut avoir deux devenirs très différents : Des acouphènes très similaires en fréquence et en intensité seront facilement ignorés par une majorité des Patients qui ne seront pas ou peu affectés, alors que d'autres (20% environ), constamment conscients de leur présence, se plaindront de difficultés de concentration, de troubles de l'endormissement et d'une baisse notable de leur qualité de vie.

L'orientation vers l'une ou l'autre de ces directions dépend probablement du fonctionnement du système nerveux végétatif et de la signification émotionnelle de l'acouphène chez le Patient considéré.

En effet la Neuropsychologie nous enseigne, que les stimulus sonores nouveaux ou associés à une expérience négative, sont traités comme des sons signifiants, et évoquent une réponse émotionnelle qui prépare l'organisme à une réaction de fuite ou d'affrontement. La répétition de ces sons se traduit par un renforcement de leur perception, et une résistance à leur suppression par d'autres stimuli. Au contraire, la répétition de signaux neutres, s'accompagne de la disparition progressive des réponses induites, ce qui correspond au phénomène d'habituation. Le devenir d'un acouphène dépourvu de signification émotionnelle pour le Patient est donc l'habituation.

Qu'est-ce que l'hyperacousie ? : Dans le langage courant, ce terme correspond à un effondrement de la tolérance de l'oreille à des sons de l'environnement présentant une intensité normale. L'oreille perd sa dynamique de fonctionnement. Les seuils d'inconfort auditif se rapprochent des seuils d'audition. L'audition des sons courants devient désagréable, voire insupportable ou douloureuse suivant le degré d'hypersensibilité.

L'hypersensibilité auditive est présente chez 40% des Patients acouphéniques. Elle recouvre en fait plusieurs phénomènes :

L'hyperacousie proprement dite présente chez 2% de la population générale, elle n'apparaît que chez des Patients qui présentent des audiogrammes normaux (pas de perte auditive objective), ou sub-normaux (perte auditive faible). Elle se distingue du recrutement, qui correspond à une croissance anormalement importante de la perception des sons, observée en présence d'une perte auditive.        

Beaucoup de Patients hyperacousiques décrivent aussi des sensations de douleur, ou de plénitude de l'oreille. Dans les cas extrêmes, l'hypersensibilité auditive, devient une véritable phobie des stimulations sonores, le Patient passant son temps à développer des stratégies pour les éviter. Elle représente alors un véritable handicap, avec lequel il devient impossible de poursuivre une vie normale.

Hypnose et acouphènes : L’Hypnose est connue dans le traitement des acouphènes depuis 1950 (Pearson et Barnes).

C’est à l’inefficacité relative de la Médecine traditionnelle dans ce domaine que l’Hypnose, comme d’autres thérapies alternatives, doit son gain de crédibilité.

L’objectif de la thérapie est de permettre aux Sujets de se dissocier de la perception consciente de leurs acouphènes.

Dans certains cas, on obtient une suppression totale de la perception elle-même, autrement dit, des acouphènes. Plus raisonnablement, on peut espérer aider les personnes à se départir de la perception perturbante. Le phénomène acouphénique persiste, mais n’a plus de retentissement sur la qualité de la vie.

Bien que le plus souvent l’Hypnothérapie n’ait pas d’effet direct sur les pathologies sous-jacentes de l’acouphène, elle aide un grand nombre de Patients à retrouver une meilleure qualité de vie. Selon les études, 65 à 75 % des personnes acouphénique tireraient un bénéfice de cette technique. 36 % des personnes résistantes à toutes les autres formes de thérapie retrouveraient un mieux-être général grâce à cette dernière. L’Hypnose, en effet, accroît les capacités à gérer les acouphènes et les symptômes associés : Le stress, la dépression et les troubles du sommeil.

L'Hypnose est utilisée dans le traitement des acouphènes depuis plus d'un demi-siècle. Elle est utile en deux points.

Dans un premier temps, l'Hypnose permet de dissocier le corps et les symptômes, le découpage et le déplacement de la perception sonore. Une représentation mentale différente va permettre de s'habituer et d'oublier la sensation sonore au profit d'une relaxation corps/esprit.

Dans un second temps, l'Hypnose aide à diminuer l'anxiété, la nervosité, les états dépressifs ou les insomnies provoquées par ces troubles auditifs.