Comment s'aimer ?

Certains d’entre vous se demandent comment faire pour s’aimer et s’apprécier à leur juste valeur, comment faire pour comprendre et intégrer à l’intérieur de soi, le fait de mériter tout l’Amour, tout le support et l’attention des êtres qui les entourent. Il vous suffit de prendre juste un peu de recul, pour compter les bénédictions de votre vie. Prenez le temps de vous souvenir de tous les contacts intimes, intenses et chaleureux que vous avez eus jusqu’à maintenant. Toutes les personnes qui ont compté à vos yeux. Toutes les personnes qui vous ont apporté leur attention, leur temps, leur chaleur et leur amitié. Et vous vous rendrez compte que vous avez toujours mérité d’être aimé. Et que les personnes sont innombrables autour de vous et qu’elles ne demandent qu’à vous aimer encore plus.

Plus vous êtes dans l’état de grâce, dans la gratitude pour ce qui est déjà présent, plus vous, vous ouvrez à recevoir davantage, au-delà même des limites de votre imagination.

Ouvrez votre cœur à l’Amour, d’abord envers vous-mêmes, et sachez que vous êtes aimés au-delà de toute limite humaine.

Il vous suffit de faire le choix de dire "j’ouvre ma porte", et les gens se présenteront à vous. 

Ce n’est point une question de mérite, mais bien le reflet de qui vous êtes réellement. Un juste retour du balancier entre la partie de vous qui donne et celle pour qui,  il est temps de recevoir.

Le respect.

La plupart des gens ne savent pas ce que veut dire le mot respect. En effet, beaucoup de personnes croient que respecter signifie obéir, être soumis, ne pas dire ce qui pourrait déranger, etc...

Je vous suggère un petit exercice sur le sujet. Pensez à trois personnes que vous croyez respecter ou à qui vous croyez devoir le respect comme vos parents par exemple, puisque la plupart d’entre nous ont appris que nous devions les respecter. Donc, en pensant aux personnes que vous avez choisies, demandez-vous si vous osez parfois leur désobéir ou ne pas écouter leurs conseils sans vous justifier ou vous sentir coupable. Vous arrive-t-il parfois de vouloir donner votre opinion, mais de vous en abstenir, sachant qu’elle ne plaira pas ?

Le respect de soi.

C’est être capable d’être soi-même et d’écouter ses propres besoins sans laisser les autres nous en détourner ou nous influencer à changer d’idée pour leur faire plaisir.

C’est respecter son "espace vital" et, par le fait même, le faire respecter des autres.

Souvenez-vous que votre ancienne forme de respect était basée sur la peur.

Il est probable que l’autre continue à vous faire peur, puisque c’est toujours ainsi qu’elle obtenait ce qu’elle voulait. Vous devez rester ferme et continuer à vous respecter. Vous vous apercevrez assez rapidement que les autres vous respecteront davantage.

Souvenez-vous aussi que, faire part de vos besoins aux autres n’est pas un manque de respect, même si ça les dérange.

Toutefois, vous manquez de respect, si vous vous attendez à ce que les autres répondent à vos besoins et que vous, vous mettez en colère lorsque vos attentes ne sont pas comblées.

Vouloir que les autres pensent à nos besoins avant les leurs constitue toujours un manque de respect.

Je vous assure que si vous  vous accueillez dans votre décision de vous respecter, et de vous faire respecter, les autres agiront respectueusement à votre égard.

Ainsi, le meilleur moyen de mesurer votre degré de respect envers vous-même, est d’observer à quel point les autres vous respectent dans vos besoins.

 Confiance en soi.

L’Inconscient est un immense réservoir de ressources et de connaissances dans lequel nous emmagasinons, au fur et à mesure de notre vie, toutes sortes d’images, de sons, d’émotions, de savoir-être et de savoir-faire. L'Hypnose va vous apprendre à mobiliser des ressources qui sont déjà en vous, dans le cas présent, la confiance en soi, et à les mettre au service de votre vie présente et future.

 LACHER PRISE.

Chacun de nous, à des degrés différents, apprécie le fait d'avoir le contrôle sur les choses, qu'il s'agisse des évènements de notre vie personnelle ou professionnelle, des autres, de nos émotions… Cependant, lorsque nous constatons que certaines situations ne se réalisent pas tel que nous le voudrions et qu'elles sont hors de notre contrôle, il est alors possible que nous nous sentions stressés, angoissés… C'est là qu'intervient le "lâcher prise"…

Lâcher prise est un acte de confiance et d'acceptation de nos limites, des autres avec leurs différences, et d'un état de fait (pour l'instant, les choses sont ainsi). Lâcher prise ne signifie pas renoncer à ses objectifs. Penser de façon incessante et acharnée à un problème est souvent inefficace et ne le résout pas forcément. A l'inverse, s'en détacher provisoirement, donc lâcher prise, peut permettre à notre Inconscient de faire émerger des solutions.

L'Hypnose va vous apprendre à lâcher prise, à prendre de la hauteur par rapport aux contrariétés que vous rencontrez peut-être dans votre vie.

 Retrouver l'enthousiasme.

Albert EINSTEIN a écrit : Il n’y a que deux façons d’envisager la vie. La première est de croire que rien n’est merveilleux. La seconde de considérer que tout tient du miracle. Je choisis la seconde…

L’enthousiasme...  Qu’est-ce que c’est ?

L’enthousiasme est la  joie et l’énergie que l’on vit en poursuivant un bel objectif que l’on sait réalisable.

L’enthousiasme nous place dans un état d’esprit positif et agit sur la confiance en soi.

Le vrai bonheur est de volonté dit-on, alors faites le choix de l’enthousiasme, de devenir enfin heureux, et ce quoi qu’il arrive dans votre existence, car ce ne sont pas les événements qui façonnent votre vie mais la façon dont vous y réagissez. Ainsi, si votre attitude et votre vision du monde deviennent plus positives, vos choix et vos comportements face aux événements seront totalement différents et vos conditions de vie n’en seront que meilleurs. 

Gestion des émotions.

Que  feriez-vous si vous pouviez modifier instantanément et à volonté l'intérieur de vos émotions, comme vous le faites pour le volume sonore à l'aide du bouton de réglage de votre autoradio ?

Grâce à l'Hypnose, c'est désormais vous qui gérez vos émotions et non l'inverse !

 Se détacher du regard des autres.

Vous désirez être moins sensible au regard des autres, garder la juste distance par rapport aux opinions d'autrui, être moins influençable. Je vais vous aider à mettre en place une "bulle protectrice inconsciente" qui désormais laissera venir à vous les belles et bonnes choses. Vous pourrez ainsi rester vous-même en toutes circonstances.

La Compassion pour Soi.

Si vous ne vous aimez pas, vous ne serez jamais capable d'aimer quelqu'un d'autre. Si vous n'êtes pas aimant envers vous-même, vous ne pouvez pas être aimant envers autrui.

Tout ce que vous êtes envers vous-même, vous l'êtes envers les autres. Faites-en un principe de base. Si vous vous détestez, vous détesterez les autres. Nous pensons toujours que pour aimer, quelqu'un d'autre est nécessaire. Mais si vous ne l'apprenez pas avec vous-même, vous ne serez pas à même de le pratiquer avec autrui.

Comment pouvez-vous aimer les autres ? Où allez-vous trouver de l'amour ?

Le premier pas est : acceptez-vous tel que vous êtes, laissez tomber touts les "Je devrais, il faudrait", dans votre cœur ! Vous n'avez pas à être quelqu'un d'autre,  la vie ne s'attend pas à ce que vous fassiez quelque chose qui ne vous appartient pas.

Vous devez simplement être vous-même. Détendez-vous et soyez simplement vous-même. Soyez respectueux envers votre individualité et ayez le courage de signer avec votre propre signature.

Lorsque vous n'essayez pas de devenir quelqu’un autre, alors vous, vous détendez simplement, une grâce surgit,  vous êtes plein de grandeur, de splendeur, d'harmonie... parce qu'il n'y a aucun conflit ! Nulle part où aller, rien à se battre contre,  rien à forcer, à vous imposer à vous-même.

La compassion surgit lorsque vous êtes parfaitement enraciné dans votre être. Lorsque vous exprimez, "oui, c'est ainsi que je suis !" Vous n'avez aucun idéal à accomplir et immédiatement l'accomplissement commence à se produire !

Les roses fleurissent si belles parce qu'elles n'essaient pas de devenir des lotus. Tout dans la nature va si merveilleusement en harmonie, parce que personne n'essaie de rivaliser avec la nature. Tout est comme il doit être.

Voyez clairement cela ! Soyez simplement vous-même.

Une fois que vous vous acceptez, la compassion surgit et ensuite vous commencez à accepter les autres !

 Qu'est-ce que l'estime de soi ?

L’estime de soi est l’une des conditions qui mène à la réussite et à la réalisation de soi.

L’opinion que l’on a de soi, les dialogues intérieurs que l’on entretient, qu’ils soient conscients ou non, influencent nos choix et la façon dont nous organisons notre vie.

Cela, par conséquent, détermine les résultats en termes de succès et de satisfaction personnelle.

Essentiellement, l’estime de soi se définit par la capacité qu’un individu possède à s’aimer, s’apprécier, s’accepter, se respecter, prendre soin de soi, répondre adéquatement à ses besoins et vivre en harmonie avec ses valeurs.

C’est, en quelque sorte, le système immunitaire psychique.

Plus l’estime de soi est élevée et plus grandes sont les chances de réussir.

En revanche, plus l’estime de soi est faible, moindres seront les capacités de mener à terme la réalisation de soi.

Espoir : de nouveaux circuits neuronaux peuvent se créer même si, au départ, l’estime de soi est faible ou négative.

De plus en plus de recherches sur les neurosciences démontrent que, selon les expériences vécues, le cerveau se transforme.

C'est ce qu’on appelle la plasticité du cerveau.

Redorer l'estime de soi.

L’estime de soi est l’image ou la perception que vous avez de vous-même dans les différents domaines de votre vie.

L’estime de soi désigne le jugement ou l’évaluation que vous faites de vous-même en rapport avec vos propres valeurs, cela signifie que lorsque vous réalisez une action que vous considérez "congruente", par exemple, faire quelque chose que vous vous êtes engagé à faire, plutôt que de le remettre au lendemain. Vous en sortez valorisé, et lorsque vous évaluez que l’une de vos actions est contraire à vos valeurs, par exemple, le fait de vous être emporté dans une situation alors que vous savez que vous aviez la capacité de rester calme, vous baissez dans votre estime. On parle aussi d’amour propre.

Bien que l’estime de soi et la confiance en soi soient intimement liées, cette dernière est davantage en rapport avec vos capacités, plus qu’avec vos valeurs.

La grande majorité des difficultés dont une personne peut se plaindre auprès d’un Hypnothérapeute (angoisse, timidité, troubles de comportement alimentaire, relation aux autres, déprime), est la conséquence pure et simple d’une estime de soi insuffisante. Ce constat fait de la séance d’Hypnose, la technique "phare" de cet ouvrage.

D’une part : L’une des solutions pour faire grandir votre amour-propre est l’acceptation de vous-même tel que vous êtes (ce qui ne signifie pas que vous renoncez à évoluer). Ce faisant, vous accepterez alors le principe que vous êtes un être perfectible, faillible, avec ses forces et ses faiblesses, alors vous porterez plus facilement sur vous-même un regard plus tolérant. La séance d’Hypnose intègre donc un travail lié à l’acceptation de soi.

D’autre part : Parce que votre "niveau" d’estime pour vous-même n’est pas fixe mais se construit au quotidien en réponse à vos actes, cette séance d’Hypnose vous guidera vers plus d’ajustement parfais entre vos comportements et ce que vous pensez, en d’autres termes, vos actes reflètent vos valeurs, et vous apprendrez alors à réagir plus facilement aux situations d’une façon que vous croyez fondamentalement bonne et positive pour vous-même et pour les autres.

L'estime de soi est donc la valeur propre que l’on se donne à soi-même, l’évaluation de sa propre personne dans l’univers qui l’entoure, fonction de ce à quoi l’on croit. Elle est également appelée image de soi

Cette valeur est particulièrement sensible à différents facteurs tels que les choix ou actions que nous entreprenons, les émotions que nous ressentons ou les événements que nous traversons.

L’estime de soi reflète donc notre climat intérieur : Plus nous accomplissons des actions que nous croyons justes, plus nous ressentons un sentiment de valorisation et de confort. A l’inverse, exercer des choix que nous pensons néfastes, entraîne souvent une sensation de souffrance et d’insatisfaction.

Maintenir une bonne image de soi est donc primordial, c’est le moteur de fond qui fait que l’on s’estime suffisamment pour croire en ses propres possibilités, en sa capacité à réussir.

L'Esprit Inconscient étant un formidable réservoir de ressources, les techniques de l'Hypnose Ericksonienne exercent une influence très efficace sur l’image de soi.

Elles permettent d’agir sur les convictions profondes, de remplacer les croyances qui nous limitent par d’autres qui sont à la fois aidantes et écologiques, nous rendant plus positifs, plus en adéquation avec notre nature profonde, pour nous guider sur les sentiers de notre propre réussite.

Le vide affectif.

Lorsqu’une personne ressent un vide affectif il est important de réaliser que quelque chose à l’intérieur de cette personne créé ce vide pour de bonnes raisons. Pour beaucoup de gens le vide affectif est l’outil qu’il utilise pour être aimé et plus le vide est grand, plus le besoin d’amour est grand. D’autres créent un vide affectif dans leur vie comme moyen de protection contre un amour qui a été trop souvent blessé. Les gens qui ont été blessés en amour peuvent à leur tour devenir blessants. Le vide est alors utilisé comme une sorte de tampon qui maintient une distance entre eux et l’amour. Le vide affectif maintient une distance afin de protéger celui ou celle qui ressent ce vide.

J’ai constaté à maintes reprises que les gens qui souffrent de vide affectif n’obtiennent pas plus d’amour dans leur vie, car le vide affectif provoque des situations où le vide se perpétue au fil des ans.

Lorsque le vide affectif est utilisé comme moyen pour obtenir de l’amour, celui-ci en bout de route n’apporte pas plus d’amour dans la vie d’une personne mais bien plus de vide !. Le vide affectif agit comme un tonneau troué. Vous avez beau mettre de l’eau dans le tonneau, celui-ci restera toujours vide.  Le vide n’apporte pas plus d’amour, il apporte plus de vide; la colère ne produit pas la paix elle produit plus de colère, la critique n’apporte pas plus de valorisation elle apporte plus de critiques. Si vous semez des carottes, vous n’allez pas récolter des patates, vous allez récolter des carottes.

En fait c’est le maintien du vide affectif qui empêche l’amour d’être présent dans la vie d’une personne. Lorsque cette personne apprend à s’aimer ou redécouvre l’amour d’elle-même, le vide disparaît. Le maintien du vide affectif provient de la croyance que l’amour ne peut provenir que des autres. Dès le moment où une personne réalise que l’amour est une énergie naturelle au cœur même de son être et qu’elle peut accéder à cet amour de l’intérieur d’elle-même, le vide affectif alors n’a plus sa raison d'être.

Lorsque vous aimez une personne vous utilisez cet amour qui vient de vous-même. Lorsqu’une personne, vous aime elle éveille ce même amour qui vient de vous-même. Autrement dit, que vous soyez dans une situation d’aimer ou d’être aimé c’est votre amour de vous-même qui est alors activé.

Nous venons au monde avec un potentiel illimité d’amour, cependant ce potentiel peut être limité par des croyances restrictives en provenance de la famille, de l’éducation, de la religion et de la culture.

Des croyances telles que : Aimer c’est subir, être aimé c’est de contrôler ou d’être contrôlé par les autres, aimer c’est perdre sa liberté, l’amour est éphémère, l’amour rend aveugle, s’aimer soi-même est égocentrique, l’amour est une illusion, plus tu aimes plus tu souffres, qui aime bien châtie bien, l’amour véritable n’existe pas, etc... 

Lorsque vous enlevez ces croyances restrictives vous retrouvez un amour libre et sans limitations. Il a toujours été là dans votre cœur et dans votre Âme. L’amour ne vous a jamais abandonné. Il ne vous a jamais quitté. Vous en avez tout simplement été séparé par des croyances restrictives.

Les croyances restrictives que vous avez reçues concernant l’amour ne font qu’assombrir celui-ci, elles n’ont pas changé sa nature véritable car l’amour reste de l’amour quel que soit les conditions qui lui ont été imposées.

La phrase "je m’aime", est une façon de reconnaître l’amour qui est en soi et la phrase "je t’aime", est une façon de reconnaître l’amour qui est en soi et dans les autres.

Si vous vous aimez librement et si vous vous appréciez vraiment pour l’être merveilleux que vous êtes, vous n’aurez plus besoin du vide affectif et vous pourrez aussi aimer les autres et les apprécier pour ce qu’ils sont vraiment.

L’amour est une rivière qui habite tout être humain, lorsque cette rivière coule librement, il n’y a pas de barrières entre donner et recevoir l’amour. 

Dans un tel contexte la personne qui aime une autre personne ressent aussi cet amour à l’intérieur d’elle-même. J’ai réalisé au fil des ans que la meilleure façon au monde d’être aimé, c’est en fait d’aimer. Aimer nourrit autant celui ou celle qui donne cet amour que celui ou celle qui reçoit cet amour !

Comment survivre au vide affectif ? : Réaliser qu’il est le fruit de croyances et si vous faites le choix de changer vos croyances vous pouvez alors devenir une rivière d’amour qui coule dans votre vie et dans celle des autres.

Le vide affectif est maintenu par la croyance que l’amour ne peut provenir que des autres alors qu’en fait il provient de soi. Devenez tellement rempli d’amour qu’il jaillit tout naturellement dans la vie des autres.

Le fonctionnement de la personne souffrant de dépendance affective.

La personne dépendante affective a développé un fonctionnement de fuite dans les autres. Elle est en quête d’amour et de reconnaissance parce qu’elle ne parvient pas à s’aimer suffisamment par elle-même. Ainsi, elle croit que ses propres besoins seront satisfaits au moment où ceux des membres de son entourage le seront. Cette pensée l’entraîne dans une course folle contre elle-même où elle cherche à deviner les besoins des autres et à y répondre le plus rapidement possible. Tout cela afin de se sentir appréciée, reconnue et généreuse.  Quand l'amour devient dépendance à l'autre: de la dépendance affective sous toutes ses formes

Quelques exemples de la vie de tous les jours : Telle jeune femme ou homme victime du despotisme possessif de sa mère, qui décidait, pensait et ressentait à sa place, n'hésitant pas à gérer son quotidien bien après l'âge adulte. Mère oubliant probablement que tout être humain est mortel !

Conséquence presque écrite d'avance : le désarroi devant la perte d'une partie indispensable de soi, séparation insupportable : La fille ou le fils va se précipiter dans les bras du premier ou de la première venu(e), en fait le ou la premier(ère) tout court. Juste pour se permettre de sombrer dans une dépression qui va l'isoler du monde et faire en sorte qu'elle ou il se repose entièrement sur lui ou elle y comprit pour les petites choses de la vie de tous les jours, repliée sur une vie imaginairement active, mais réellement handicapée dont il ou elle devient l'élément indispensable à sa suivie… Et la boucle est bouclée.

Dois-t-on parler de "l'effet Tanguy", ou de l'éternel enfant puis adolescent qui refuse de grandir au grand dam d'une mère qui n'ose pas sortir du rôle de maman d'un tout jeune enfant, obligée de subvenir à tous ses besoins au lieu de l'envoyer vivre sa vie sans elle ?

Et que dire de ces couples âgés qui ont toujours vécu comme des "inséparables" et dont la mort de l'un, provoque mystérieusement la mort de l'autre dans les mois qui suivent....

Faut-il parler de la fréquence de déclaration des cancers quand se rompt une relation "vitale", y compris dans la mise à la retraite quand le travail représentait l'individu tout entier, mais aussi après un divorce, un deuil, une séparation..

Est-elle dépendante de son enfant la mère abusive qui ne supporte pas de le lâcher et continue à le couver de ses attentions anxieuses et offres de service généreuses ? Envahissant ainsi de sa lourde présence, la famille que l'enfant devenu adulte essaye désespérément de créer ? Ou bien est-ce l'enfant/adulte le plus dépendant, celui qui n'ose pas se poser en adulte et éconduire gentiment l'intruse ?

Et la femme battue, ou maltraitée moralement qui refuse de partir ou même de faire appel à la loi ou à des associations d'entraide pour se protéger de son bourreau, mais qui bien au contraire lui trouve toujours des excuses et finit toujours par revenir en pensant que c'est la dernière fois ?

Et l'héroïne, celle qui s'occupe de tout et de tout le monde, toujours prête à rendre service, si gentille que ça en devient même suspect (et franchement envahissant !), même pour ceux qui ne détectent pas chez elle la volonté de pouvoir et de maîtrise que ça représente, maîtriser l'autre en se rendant indispensable reste une forme majeure de prise de pouvoir. Celles-là (mais la version masculine existe aussi quoique légèrement différente choisit un "handicapé") quelconque : Faible, dépressif, alcoolique, truand invétéré, peu importe pourvu qu'elle puisse se dévouer à sa cause. Même motivation chez ceux et celles qui recherchent tout ce qui peut avoir besoin d'aide: associations, famille, amis, cause humanitaire, tout ce qui peut soutenir le sentiment d'être utile au prix de souvent de l'ingérence dans la vie de l'autre.

Que dire encore de celui ou celle qui refuse de renoncer à une relation vouée à l'échec, ou qui va de chagrin d'amour en chagrin d'amour. Méprisant qui pourrait lui convenir, pour s'entêter à séduire qui ne veut pas de lui ou d'elle....

A préciser toutefois : tout le monde peut se tromper et on peut par erreur se retrouver victime d'un tel scénario, ce qui fait la différence, c'est tant la résistance à en sortir, que la répétition des mêmes relations, des mêmes rencontres et des mêmes échecs sans qu'aucune leçon ne semble en être tirée.

Couper le cordon.

Sentiment d'abandon, séparations douloureuses, frustration insoutenable, sentiment d’insécurité ou d’infériorité, fusion, difficulté à "grandir", les problèmes d’attaches relationnelles…

Nous le constatons aujourd’hui à travers l’appréhension de la jeunesse face à son avenir.

La difficulté de certains à quitter le domicile familial pour prendre leur envol ou, à l’opposé, les ruptures conflictuelles auxquelles d’autres finissent par céder en sont des signes évidents.

L’éclosion des troubles alimentaires ou de multiples addictions, également.

Les difficultés, de part et d’autre, à couper le cordon entre parents et enfants sont au cœur de notre difficulté à nous épanouir.

Le prendre en compte,  c'est se donner les moyens de l'autonomie. C'est aussi envisager de nouer des rapports de dépendance plus heureux, quel que soit le terrain sexuel, affectif, amical ou professionnel.

Nous sommes tous dépendants, de l'amour comme de l'air, de la nourriture comme de la reconnaissance.

Il ne s’agit donc pas de rompre les liens pour se condamner à la solitude mais de bien mener les séparations afin de nouer de plus sereines relations. 

Certains d'entre nous souffrent plus particulièrement, consciemment ou non, de dépendances douloureuses, et peinent plus que d’autres à renoncer à ce qui les maintient dans la souffrance.

Ils auront l’impression de ne jamais pouvoir en sortir faute d’en connaître la cause.

C’est en priorité à eux de "couper le cordon".

Pardonner.

Tant qu’on en veut à une personne, qu’on ne peut lui pardonner, c’est qu’on veut en réalité la faire souffrir pour ce qu’on l’accuse de nous faire vivre.

Si vous avez vécu une expérience difficile avec quelqu’un, vécu une situation où vous vous êtes senti rejeté, abandonné, humilié, trahi par cette personne ou que vous l’avez trouvée très injuste envers vous, il est tout à fait normal, en tout premier lieu, de lui en vouloir.

Dès que vous en voulez à quelqu’un, vous n’êtes plus dans votre cœur. Votre ego a pris le dessus et veut que votre douleur soit de la faute de l’autre.

Quand vous accusez une personne ou que vous cherchez à la faire sentir coupable, c’est signe que vous ne prenez pas votre responsabilité. Tant et aussi longtemps que vous entretenez ce sentiment, vous ne réglez rien.

Au contraire, vous planifiez même de continuer à le vivre longtemps. Votre inconscient fait tout pour attirer votre attention sur le fait qu’il est temps de pardonner et de vous réconcilier.

Pardonner ne veut pas dire se soumettre. Cela ne peut se faire qu’au moment où vous devenez responsable, ce qui implique que vous reconnaissez que vous êtes le créateur de tout ce que vous attirez à vous.

Chaque situation à laquelle vous êtes confronté est là pour vous rappeler qu’inconsciemment vous vous accusez d'être comme l'autre. Voilà pourquoi vous attirez à vous les personnes dont vous avez besoin pour en devenir conscient.

Le pardon doit se faire à partir de ce que vous accusez l’autre d’ÊTRE.

De quoi accusez-vous cette personne d'être ?

Ensuite, demandez-vous à quel moment vous "êtes" ainsi, avec vous-même ou avec d’autres, et quelle est votre intention à ce moment précis.

Cela vous aidera à vous placer dans les souliers de l’autre, à avoir de la compassion pour lui, et ainsi le pardon sera fait.

Quand vous refusez de pardonner, vous croyez punir l’autre, mais en réalité, c’est à vous-même que vous faites le plus de tort.

L'effet miroir.

Le meilleur moyen pour découvrir ce qui n’est pas réglé de votre enfance est d’être alerte à toutes vos émotions, culpabilités et peurs, et de faire la technique du miroir avec la personne impliquée que vous accusez et avez de la difficulté à accepter en ce moment.

Quand une personne vous fait réagir, elle devient votre miroir. Cela signifie qu’elle vous renvoie à une partie de vous que vous ne voulez pas voir, car vous la considérez comme inacceptable.

Disons par exemple que vous êtes dérangée par votre Patron, car vous le trouvez trop exigeant et injuste envers vous.

Cela vous aide à devenir conscient que vous n’acceptez pas ces aspects de vous-même. En vérifiant avec lui ou d’autres personnes, vous comprendrez qu’eux aussi vous trouvent parfois exigeant et injuste, et cela vous aide à devenir conscient d’une partie non acceptée de vous-même jusqu’ici.

En vous observant bien, vous constaterez en plus que vous êtes exigeant et injuste avec vous-même.

Plus vous repoussez une partie de vous-même, plus elle devient forte avec le temps et plus vous attirez des gens qui vous reflètent cette partie, simplement pour vous aider à en devenir conscient et à l’accepter, donc à vous aimer davantage.

Tout dans votre vie existe pour vous aider à vous aimer, vous accepter.

Dès que vous vous donnerez le droit d’être parfois exigeant et injuste, vous verrez que ce genre de comportement ne vous dérangera plus chez les autres.

Voilà la grande intelligence de la création humaine.