DÉROULEMENT D'UNE SÉANCE THÉRAPEUTIQUE.

Cadrer le problème : L’Hypnose thérapeutique commence par un entretien de 30minutes à 2H00, pour faire connaissance, et explorer (votre/vos) mal-être. Quelles sont les conséquences du problème dans la vie quotidienne ? Que deviendra la vie quotidienne quand le problème sera résolu ? A quels signes saura-t-on que le problème est résolu ? Par exemple, s’il s’agit de perdre du poids, la disparition de la compulsion à manger est elle un signe suffisant ? S’il s’agit d’arrêter de fumer, combien de temps doit-il s’écouler sans fumer, pour que l’on puisse parler de succès ? S’il s’agit de stress, quels signes concrets faut-il observer ? Le Patient formule ses critères personnels. Chaque cas est particulier, et fait l’objet d’une exploration adaptée à la personne.

La séance d'Hypnose : La seconde partie de la séance de thérapie par Hypnose, est l’Hypnose proprement dite. L’induction (mise en transe hypnotique), peut durer de quelques minutes à près d’une heure. Quand la plongée dans l’Esprit Inconscient est suffisante pour mettre en œuvre les ressources et les savoirs faire qui s’y trouvent, ceux-ci sont mis en action. La durée nécessaire pour la mise en place des changements souhaités varie d’une personne à une autre.

Après l’Hypnose : Au moment de la sortie de l’Hypnose, le Patient se sent un peu désorientée pendant un cour instant, avec un sentiment de détente et de profonde relaxation. Le retour à l’état de conscience habituel se fait en une à cinq minutes.

Le nombre de séances : La thérapie par Hypnose est par nature brève, habituellement quatre à cinq séances, parfois une seule, parfois jusqu’à dix. Si le résultat visé n’a pas été atteint en dix séances, il a peu de chances d’être atteint en vingt ou trente.

La rapidité d’action de l’Hypnose : La rapidité d’action de cette thérapie est très souvent une surprise pour ceux qui sont habitués à des thérapies longues, notamment la Psychanalyse. La raison pour laquelle l’Hypnose agit si rapidement n’est pas entièrement comprise, pas plus que sa nature réelle. L’Hypnose n’est pas fondée sur une théorie, mais sur une expérience clinique. La thérapie par Hypnose utilise un ensemble de méthodes et d’approches développées en réponse à des cas d’espèces : Des Hypnothérapeutes d’un talent exceptionnels ont été placés par leurs Patients devant des situations inhabituelles. Ils ont réagit en inventant par intuition, dans l’urgence, des méthodes nouvelles. Ensuite, ces intuitions et ces méthodes ont été classées et systématisées. Ce mode de développement permet de constater la rapidité d’action, elle ne permet pas de l’expliquer.

Les forces mises en œuvre : L’Hypnose, met en œuvre des forces inconscientes très puissantes, auxquelles elle donne un accès direct, sans que l’on comprenne clairement ni la nature de ces forces, ni leur mode d’action. L’Hypnose thérapeutique est brève parce qu’elle fait agir des forces et des ressources dont nous ne connaissons ni la nature ni le mode d’action. Nous savons seulement les faire agir.

L’Hypnose peut-elle imposer des actes ? : L’Hypnose, quelle que soit son intensité, ne permet pas de suggérer au Patient des actes qu’il jugerait immoraux. Milton Erickson a fait de nombreuses expériences pour étudier cette question. Par exemple, il avait placé en Hypnose profonde une femme qui fumait beaucoup, après avoir pris des dispositions pour qu’elle soit en état de manque. Il s’était également arrangé pour qu’une amie du sujet, fumeuse elle aussi, "oublie" son sac à côté de la fumeuse, et a suggéré à cette dernière de prendre une cigarette dans le sac de son amie, en lui disant que son Amie lui aurait volontiers donné une cigarette, que la fumeuse aurait pu prendre une cigarette et restituer un paquet entier, et d’autres arguments de même sorte. Rien n’a pu persuader la fumeuse : elle répétait "qu’on n’ouvre pas le sac d’une Amie en son absence". Le plus surprenant est qu’au réveil, alors qu’elle ne se souvenait de rien, Erickson n’a eu aucun mal à la persuader d’ouvrir le sac de son Amie et d’y prendre une cigarette.

Ceci est tout à fait général. Lorsqu’un acte est "immoral" dans l’évaluation du Patient, même si l’immoralité est très faible, ou lorsqu’il porterait préjudice au Patient, il est impossible d’obtenir qu’il soit fait sous Hypnose, ou, au réveil par une suggestion post hypnotique.

L’Hypnose peut-elle nuire ? : L’Hypnose est produite par le Patient lui-même. L'Hypnothérapeute est un Guide, non un Acteur. C’est l’Esprit Inconscient du Patient, si son Esprit Conscient l’autorise, qui développe l’état d’Hypnose. Or l’Esprit Inconscient d’une personne protège toujours la personne, parfois d’une manière que l'Esprit Conscient peut juger inappropriée.

L’Esprit Inconscient n'est pas aux ordres de l'Esprit Conscient du Patient, en comprenant parfois mal les demandes de l'Esprit Conscient, ou en s’efforçant de les satisfaire par des moyens que l'Esprit Conscient n’approuverait pas s’il les connaissait, ou en s’opposant à l'Esprit Conscient lorsque celui-ci agit d’une manière que l’Esprit Inconscient juge dangereuse. Malgré cette relative indépendance de l’Esprit Inconscient par rapport à l'Esprit Conscient, l’Esprit Inconscient est fondamentalement au service de la personne, et ne s'occupe que de son bien-être.

Pour nuire à une personne au moyen de l’Hypnose, il faudrait faire agir l’Esprit Inconscient d’une manière contraire à sa nature. Mais il n’est pas possible de changer la nature de l’Esprit Inconscient. L’Hypnose peut produire des chocs émotifs, qui, la plupart du temps se révèlent favorables, mais aucune action négative : L’Esprit Inconscient le refuse, comme par exemple de faire des actes tenus pour immoraux par le Patient, ou de lui porter préjudice.

L’Hypnose Ericksonienne.

La vie de Milton Erickson : Milton Hyland Erickson (1901-1980), a été Docteur en médecine de l’université du Wisconsin, et a exercé comme Psychiatre dans les hôpitaux d’Etat du Rhode Island, du Massachusetts, du Michigan puis de l’Arizona, ainsi que comme consultant privé. Il a sans doute été le plus grand Hypnothérapeute de tous les temps, 43.000 personnes hypnotisées dans le cours de ses plus de 50 ans de carrière, et ses méthodes ont complètement renouvelé la pratique de l’Hypnose ainsi que ses usages thérapeutiques. Milton Erickson a écrit environ 150 articles dans des revues scientifiques sur ses découvertes cliniques et ses recherches sur l’Hypnose. Ces articles ont été rassemblés et publiés en quatre gros volumes. Il a également fait de nombreuses conférences et démonstrations d’hypnotisme à des auditoires d’universitaires, de Médecins, d’Infirmiers, de Travailleurs sociaux et de Dentistes, ainsi que de nombreux séminaires de formation.

Les principes de l’Hypnose Ericksonienne : Son apport se caractérise par l’abandon de l’approche autoritaire et directive qui prévalait jusque là, et que bien des Hypnothérapeutes non Ericksonniens continuent à utiliser de nos jours. Il a montré, par sa pratique et ses succès, que les effets thérapeutiques de l’Hypnose sont bien meilleurs si l'Hypnothérapeute ne cherche pas à imposer des suggestions, même favorables au Patient, mais cherche à mobiliser les forces et ressources inconscientes du sujet pour qu’il atteigne de lui-même le but qu’il vise. La situation hypnotique met le Patient dans une apparente position de vulnérabilité. Ceux qui emploient aujourd’hui les méthodes d’Erickson prennent grand soin, comme lui, de protéger les Patients en tant qu’individu ayant des droits, des privilèges et des secrets. C’est ce respect de la personne et de son autonomie qui constitue le principe fondateur de l’Hypnose Ericksonienne.